L'idée du longbike - Longbike.ch

Recherche
Aller au contenu

Menu principal

L'idée du longbike

Nous partageons l'idée du vélo allongé avec d'autres contemporains et avec des parents du temps passé.



Cette photographie d'un vélo allongé parfaitement finalisé du point de vue de sa forme, provient d'archives privées de Suisse romande. La construction de ce vélo est attribué au pionnier des vélos couchés Challand et devrait dater de 1895. Urs Schuler d'Arisdorf nous a envoyé cette photographie. Mille mercis!

De la selle au siège

La selle fait toujours mal

"Comme on fait son lit, on se couche" dit le proverbe. On peut donc choisir comme on se couche. Sur un vélo, tout dépend de la selle. Et si celle-ci fait mal, on abrège le tour. Ou alors, on serre les dents, comme les vrais sportifs. N'y a-t-il vraiment pas d'alternative à la selle?


S'adosser pour avancer

L'alternative s'appelle longbike. Car avec le longbike, tout est différent. On prend place sur un siège suspendu avec un haut dossier. On peut laisser tomber les bras le long du corps et prendre dans ses mains le guidon. On lève légèrement une jambe. On met son pied sur une pédale. Une ferme pression et  ça roule. Le voyage peut commencer.


Voyager

Les longbikes de Fateba sont des limousines du voyage. Ils sont confortables, avec une bonne tenue de route et incroyablement maniables. Mais ce sont aussi des machines de sport, car qui veut aller de l'avant doit être performant. Qui veut aller plus vite que les autres n’échappera pas à un entrainement régulier. Ne mesurez cependant pas la performance de façon rigide en terme de kilomètres par heures mais plutôt en terme de plaisir par seconde.


Champs visuel

Jusqu'à maintenant, nous n'avons pas encore parlé de l'expérience la plus saisissante du longbiker: son champs visuel. Il s'agit de ce que l'on voit lorsqu'on est sur un vélo. Le cycliste normal sur un vélo normal tend à fixer de son regard l'asphalte se trouvant devant la roue avant de son vélo  : une tâche plus ou moins grise. Le regard du longbiker, au contraire, dans sa position détendue se porte naturellement vers l'horizon, le ciel et le paysage. Son champs visuel est un panorama, pas une tâche d'asphalte.


Endurance

Plus le trajet est long, plus le nombre d'impressions enregistrées par les sens  est important et plus le longbiker oublie sa prestation physique. Lorsqu'il descendra de son longbike après plusieurs heures, il sentira ses genoux, peut-être aussi les muscles à l'avant de ses cuisses. Néanmoins, il aura dans le même temps un sentiment de satisfaction et de plénitude. Une douche, un apport culinaire et il se sentira reposé et près pour d'autres entreprises.

Faire sa propre expérience

Si vous voulez apprendre par vous-même ce que signifie rouler avec un longbike, vous pouvez venir l'essayer chez nous ou même le louer quelques jours. Contactez-nous!

Retourner au contenu | Retourner au menu